Nouvel espace d’exposition permanente: la salle Dreyfus

logo dreyfus

Dans le cadre de 2016 – AnnĂ©e Dreyfus Ă  Mulhouse, le MusĂ©e Historique de Mulhouse a ouvert une nouvelle salle permanente le 12 juillet, date anniversaire de la rĂ©habilitation d’Alfred Dreyfus en 1906 et date anniversaire de son dĂ©cès en 1935.

Né le 9 octobre 1859 à Mulhouse, à l’angle de la place des Victoires et de la rue du Sauvage, Alfred Dreyfus est sans doute le Mulhousien le plus connu au monde, à cause de l’Affaire qui porte son nom et dont il fut à la fois le héros et la victime. La salle s’ouvre bien entendu par quelques rappels historiques pour évoquer la vie d’Alfred Dreyfus, les origines de sa famille, ainsi que l’injustice terrible qu’il a subie avant que son innocence ne soit finalement proclamée.

Pour créer cette salle Dreyfus au sein du musée, la ville de Mulhouse a constitué une « collection rêvée » d’œuvres et d’objets que le musée ne possédait pas initialement. Pour cela, elle a obtenu le concours d’artistes sensibles non seulement à l’histoire de l’Affaire Dreyfus mais aussi aux valeurs qu’elle a véhiculées : Droit, Vérité, Justice, Liberté, Ethique républicaine et patriotique, Droits de l’homme…

Livia De Poli, céramiste, a conçu une partie de cette collection : le sabre cassé, les boutons, le képi etc., des objets qui certes ne sont pas d’époque mais qui pour autant sont des objets d’art originaux, tout à la fois symboliques et concrets.

Jacqueline Bilheran-Gaillard travaille en même temps la photographie et la peinture qui sont mêlées sur la toile. Elle propose de s’intéresser principalement aux écrits dans l’affaire Dreyfus, mais aussi à la photographie et aux dessins de presse, omniprésents du fait des combats par journaux interposés entre Dreyfusards et Antidreyfusards.

Sylvie Koechlin expose des croquis et une maquette du futur monument Dreyfus qui sera inauguré le 9 octobre prochain dans le parc Steinbach. Cette sculpture sera offerte par l’association Monument Dreyfus.

Le képi destructuré, Livia DE POLI

Le képi destructuré, Livia DE POLI

Restez connecté !